N’avons-nous pas raison ?

24 octobre 2016

Libre expression, Points de vue

N’ai-je pas raison de m’assoir ici

De fixer le jour

D’admirer le paysage?

Mais de savoir que tout à la fois des femmes ont été violées, agressées, violentées

Et ce, sur nos terres mêmes

De savoir tout autant que ce siècle tient l’horreur à bout de bras

De réaliser, conscientiser tout ça, efface la beauté devant mes yeux.

N’ai- je pas raison de voir que le jour s’embourbe

Que s’il nous offre sa clarté, sa lumière, la noirceur tombe vite quand la mécréance il rencontre en chemin.

N’ai-je pas raison?

N’avons-nous pas raison toutes ensemble et solidaires, de crier, de hurler, de dénoncer, de réclamer justice, châtiment, réparation pour nos sœurs blessées?

Quand nous les femmes, pourrons-nous, partout sur la planète Terre, vivre en paix et en toute sécurité?

N’avons- nous pas raison de vouloir marcher à côté du bonheur, de vouloir enterrer le mal, la violence et la peur?

Oui, certes nous avons raison car tous ces viols sont carrément inadmissibles. Nous avons lutté pour nos droits et notre égalité et voilà que la fragilité de nos acquis refait surface. Tout reste à refaire, à recommencer.

Triste scénario que celui-là. Plus que jamais, la révolte et la colère des femmes ont droit de cité.

France Bonneau

France Bonneau

A propos de France Bonneau

France Bonneau a publié : AU BOUT DE L’EXIL, aux Éditions Teichtner, en 2008. Elle a conçu et livré un spectacle du même nom, en divers lieux culturels. LA PORTE GRAND OUVERTE, son dernier recueil de poésie, a été édité en 2016, par les Éditions Cornac. France a aussi écrit plusieurs textes politiques sur les sites vigile.net et independantes.quebec, des textes à saveur théâtrale joués au théâtre Parenthèse ainsi que de nombreux poèmes dans diverses revues littéraires. Elle participe régulièrement à des lectures publiques. Elle est membre de l’UNEQ, de la Société Littéraire de Laval, de la Fédération du Loisir littéraire du Québec et en tant que parolière, elle fait partie de la Socan et de la Sodrac.

Voir tous les articles de France Bonneau

2 réponses à «N’avons-nous pas raison ?»

  1. France Bonneau A dit:

    Merci de confirmer et d’ajouter du contenu à mon propos. D’encourager hautement les femmes à prendre le pouvoir, à imposer leurs revendications, à se solidariser.

  2. Hugues St-Pierre A dit:

    « N’avons-nous pas raison toutes ensemble et solidaires, de crier, de hurler, de dénoncer, de réclamer justice, châtiment, réparation pour nos sœurs blessées? »(F.B.)
    L’Histoire, ancienne et moderne, vous donne certainement raison: la conquête britannique sur la Nouvelle-France ne se priva surtout pas de cette arme militaire: le viol des femmes et enfants et la terre brûlée sur les récoltes et le bâti! Le viol comme arme de guerre sévit toujours, dans toutes ces campagnes d’envahissement des peuples. Sur tous les continents. Pourquoi ces atrocités se perpétuent-elles? Parce que le Macho domine le monde.
    Alors les femmes ne pourraient se sauver de cette domination qu’en prenant le POUVOIR! Et elles en ont les moyens. En Occident, souvent elles ont le pouvoir domestique: gestion du foyer familial, souvent des municipalités, de la gestion de la base médicale, juridique et de plus en plus de facultés universitaires. Reste le « plafond de verre », les fonctions supérieures: dans la haute finance, les gouvernements et surtout la Guerre!

    On pense aux Amazones, de la mythologie, inspirées des Scythes, peuplade ayant échappé à l’Empire Romain: Ces femmes guerrières, qui montaient à cheval et chassaient à l’arc (se brûlant même le sein droit pour faciliter le tir à l’arc) tuaient leurs fils de sexe masculin ou les aveuglaient pour les asservir dans les basses tâches .

    Peut-être étaient-elles animées de ce principe: « Quand nous les femmes, pourrons-nous, partout sur la planète Terre, vivre en paix et en toute sécurité? »