La mort de l’impérialisme

9 novembre 2016

Libre expression, Points de vue

Il est 13H13, ce mardi, 8 novembre 2016.

Le monde est dans l’attente du résultat des élections états-uniennes.

Car, de manière consciente ou inconsciente tout un chacun sait que la possible élection de Trump changera le fonctionnement du monde.

Pour le mieux ou pour le pire, selon qu’on appartient au peuple exploité ou à l’élite capitaliste. Erronément dans les deux cas.

Trump et Clinton sont évidemment l’envers et l’endroit de la même médaille. Ils sont les archi-prêtres de l’institution capitaliste. L’un comme l’autre n’a d’autre dessein que celui de vaincre l’omniprésence du séculaire espoir de l’avènement d’une société démocratique.

Le premier est révolutionnaire (sur le mode réactionnaire du renversement radical de la situation), la seconde est réformiste (sur le mode apparemment progressiste du changement).

Les deux, chacun à leur manière, sont l’expression et l’annonce de la mort de l’Empire américain.

C’est la bonne nouvelle de l’heure.

Andrée Ferretti

Andrée Ferretti

A propos de Andrée Ferretti

Femme politique et écrivaine québécoise, elle fut l'une des premières femmes à adhérer au mouvement indépendantiste québécois en 1958. Vice-présidente du Rassemblement pour l'indépendance nationale, elle représenta la tendance la plus résolue du parti. Pour Andrée Ferretti, « qui ne fait pas l'indépendance, la combat ». "À écrire comme on s'arme pour lutter contre la domination, écrire des textes politiques ou un roman, c'est pour moi les deux faces d'une seule et même médaille, c'est toujours une expression nécessaire de mon engagement dans la conquête d'une plus grande liberté."

Voir tous les articles de Andrée Ferretti

Les commentaires sont fermés.