Loi C-51

23 novembre 2016

Libre expression, Points de vue

Le journaliste Denis Ferland écrit dans sa chronique intitulée Big Brother et «Five-eyes» dans Le Devoir du mercredi 23 novembre 2016 [1] :

«Les libéraux ont promis en campagne d’annuler les dispositions problématiques du projet de loi C-51 adopté en vitesse après les attaques d’octobre 2014, législation qu’ils avaient appuyée avec réserve. Ils ont inclus cet engagement dans une consultation plus large basée sur un Livre vert qui lance les discussions.»

En avril dernier, j’avais moi-même attiré l’attention des lectrices et lecteurs sur cette fameuse loi intrusive…

«Par ailleurs, le 27 mars 2016, Le Devoir mentionnait dans son article «Projet C-51 : Les directives d’Ottawa au SCRS gardées secrètes» : «La loi (C-51) donne le pouvoir nécessaire au service de renseignement pour déjouer les complots terroristes potentiels, lui permettant même d’enfreindre la Charte des droits et des libertés pour peu qu’il obtienne l’aval d’un juge avant de passer à l’action.» [2]

Et je m’inquiétais, en conclusion du même article …

«En conséquence, les Québécois.es, et en particulier les indépendantistes, doivent demeurer vigilants et déployer leurs antennes pour déceler toute tentative d’infiltration du SCRS, de la GRC ou d’autres agences fédérales qui, sans aucun doute, élaborent déjà leurs manigances, s’ils ne sont pas déjà présents dans la mouvance indépendantiste du Québec. Gardons l’oeil ouvert et l’esprit à l’affût de ces indésirables.»

Voici la conclusion du chroniqueur Ferland :

«À preuve, cette note de breffage de la GRC au conseiller à la sécurité nationale de Justin Trudeau obtenue par la CBC, qui affiche une colonne vide pour le Canada au sujet de six pouvoirs d’enquête. Les Australiens, les Néo-Zélandais et les Britanniques font face aux autorités les plus intrusives, alors que les Américains sont encore en bonne partie épargnés grâce aux révélations d’Edward Snowden, qui ont freiné les élans des services de renseignement. Le Canada pourrait cependant se retrouver bientôt fin seul à la suite de l’élection d’un Donald Trump qui parle même d’utiliser les services de renseignement contre ses adversaires politiques.»

L’influence au sud de la frontière n’aura aucune difficulté à servir de modèle au «plus meilleur pays au monde» (!!!) Notre vigilance sera doublement de mise.

Diane Gélinas

___________

[1] http://www.ledevoir.com/politique/canada/485329/big-brother-et-five-eyes

[2] http://www.independantes.org/2016/04/11/a-vrai-dire-reforme-de-c-51/

Diane Gélinas

A propos de Diane Gélinas

"Fille d’un écrivain humoriste, auteur de radio-romans et pionnier de la pub au Québec et d’une réceptionniste très appréciée à CKAC où ils se sont connus, on pourrait dire que le sens de la communication coule dans mes veines depuis ma naissance." Secrétaire et formatrice, impliquée syndicalement et politiquement , Diane Gélinas est retraitée depuis 2001 mais travaille comme rédactrice et traductrice de textes anglais et espagnol en français... par pur plaisir.

Voir tous les articles de Diane Gélinas

Les commentaires sont fermés.