Le péché mortel…

11 mars 2017

Éditorial

image -

Non mais quelle semaine! Par quel bout la prendre ? Par où commencer ? À quoi s’attarder ?

Comme nous baignons de plus en plus dans les religions en ces temps-qui-courent-on-ne-sait-où, reprenons donc, pour parler de cette semaine-là, notre vieux langage du « péché »…

Mais, péché véniel, laissons d’abord de côté les exhibitions de Trudeau et ses « cadeaux » au Québec, ce Québec dont il s’occupe à partir d’Ottawa car il en est, dit-il, avec la complicité des Couillard et al, le « Général » et sait donc mieux que quiconque ce qu’il nous faut. Restons plutôt chez-nous.

Parmi les « évènements » de cette semaine, pensons, en ordre plus ou moins chronologique, à cette Lettre ouverte blessante d’un « Immigrant en colère », qui a fait réagir à juste titre, et entraîné la réplique.* Il y eut ensuite cette annonce, enfin!, par Gabriel Nadeau-Dubois, arrogance inutile en prime, de ses épousailles politiques avec QS, annonce fort attendue mais aussi surprenante que celle d’un fiancé déclarant, après quelques années de vie commune, qu’il va se marier. Et, il y a eu cet indicible affront de Radio-Canada au nationalisme québécois! Indicible affront lors de cette émission Enquête de jeudi soir dernier qui s’intitulait: « Temps extrêmes; enquête sur le mouvement politique qui se nourrit de l’Islam. » (que l’on peut revoir en entier ICI )…

Ce Document d’Enquête, proposé par le journaliste Luc Chartrand, était introduit comme suit sur la page web de l’émission: « Au Québec aussi, la peur monte. Chroniques, blogues, groupes et groupuscules prolifèrent sur Internet : la vigilance face à l’islam est à l’ordre du jour. L’intolérance a droit de cité car, selon ce point de vue, elle protègerait l’Occident d’un danger d’islamisation et d’imposition mondiale de la charia. Le nationalisme serait-il un terreau fertile pour l’islamophobie? » Vous avez bien lu la dernière phrase: « Le nationalisme serait-il un terreau fertile pour l’islamophobie ? »!… Et ce « document d’enquête », musique dramatisante à l’appui tout au long, se termine par une charge à l’endroit du PQ, de l’Action nationale… et une mise en cause de certains chroniqueurs, dont Christian Rioux, Mathieu Bock-Côté, Richard Martineau, qui osent questionner l’islamisme radical et qui seraient donc… quoi, complices ? semeurs ? instigateurs ? d’ « islamophobie » ? Oh! on ne fait que « suggérer »! « On jase-là », comme dit l’autre. En plaçant le lien vers ce « Reportage » sur la Page Facebook du site, j’écrivais et je le maintiens : un « grand art de l’amalgame, de la récupération, de l’insinuation, de l’instrumentalisation, et du discrédit. » Document d’un grand art « canadien », qui termine ses propos et ses images sur un genre d’Hymne au Canada par un immigrant heureux d’y avoir été reçu (au Québec, remarquez).

Mais étrangement, comme il m’a semblé bon le souligner sur FB, nulle mention ou recours, dans ce « document » d’Enquête, à des chroniqueuses comme Fatima Houda-Pepin et Djemila Benhabib, qui savent pourtant bien de quoi l’on parle. Ou peut-être justement « parce » qu’elles savent trop bien, de première source, de quoi elles parlent ?

En y regardant de plus près, ces évènements de la semaine ont un lien entre eux: le refus du nationalisme québécois, du nationalisme « identitaire », crache-t-on, comme s’il était empoisonné. Comme si l’identité était un crime. Comme si savoir ce que l’on est, d’où l’on vient et où, de ce fait, on souhaite aller, était une inconvenance. Comme si les « Québécois de souche » étaient les seuls Québécois à ne pas avoir le droit d’exister comme tels.**

Que ce soit la Lettre de Marco Micone, le choix de Gabriel Nadeau-Dubois d’un parti « mondialiste » qui a lui aussi le nationalisme québécois en grippe ou qui le tient en laisse, ou de cette Enquête méprisante de Radio-Canada, ce qui est en cause, c’est la « différence vitale » du Québec. Mais, si c’est un « péché » aux yeux de ceux-là de la reconnaître, pour le peuple québécois, ce serait un « péché mortel » de la refuser.

Nicole Hébert

____________

*http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/493489/la-replique-immigration-l-insecurite-mythique-des-quebecois-de-souche

**http://www.journaldemontreal.com/2017/03/11/en-finir-avec-le-pq

Image:  Le Devoir

Nicole Hébert

A propos de Nicole Hébert

Nationaliste dès la prime adolescence et indépendantiste depuis les premiers discours de Pierre Bourgault. Gaspésienne d'origine, Nicole Hébert est résidente de la ville de Québec depuis belle lurette. Intervenante sociale, elle a oeuvré dans différents milieux: psychiatrie infantile, éducation, toxicomanie. Elle apprécie maintenant une retraite qui lui permet de s'adonner à l'écriture; elle a publié, en 2007, à compte d'auteure, un recueil de "petites choses", intitulé "Étendre au soleil".

Voir tous les articles de Nicole Hébert

8 réponses à «Le péché mortel…»

  1. Josette Dionne A dit:

    Il me semble qu’il y a une grande distinction qui n’a pas été faite entre le nationalisme, ou l’identitaire, dans le reportage d’Enquête. En Europe il ne faudrait pas oublier que l’on parle de pays déjà souverains et autonomes. Ce qui n’est pas le cas du Québec! On ne peut donc mettre dans un même panier des contextes aussi différents fondamentalement sans en tenir compte.

    Si le nationalisme européen peut nous sembler excessif, trop conservateur, d’extrême droite, ou même dangereux, c’est qu’il fleurit, ne l’oublions pas, dans des pays ayant déjà des gouvernements censés s’employer à favoriser l’épanouissement de leurs populations. Or il en va tout autrement au Québec, où la survie même de notre identité culturelle n’est pas assurée. Ici, on parle alors d’autre chose!

    Le nationalisme québecois, qui ne se vit que par rapport au gouvernement centralisateur canadien et la main mise de Bay Street sur notre économie, et non pas en regard des autres cultures, se retrouve ainsi non pas excessif et ultra-conservateur, mais bien au contraire, nécessaire, vital, d’avant-garde et il est motivé par l’espoir de vivre et non par la peur de l’autre!

    Il serait temps que ceux qui s’y opposent en prennent conscience. Il est trop facile de juste l’identifier au racisme… puisque ce n’est pas de ça dont il est question! Par contre, il est heureux de savoir qu’ils ne pourront pas indéfiniment briser l’élan vital d’un peuple à s’exprimer…

    Répondre

  2. St-pierre Otis, Micheline A dit:

    Merci Mme Hébert pour ce reportage.

    Je veux d’abord inciter les gens qui ont la critique facile sur nos leaders politiques à redoubler de nuance. Si on est solidaire du PQ, il me semble que l’on doit d’abord avoir un accueil sympathisant pour nos leaders lorsqu’on exprime des critiques en public. Si on tient vraiment à ce que la personne visée le sache, rien nous empêche de lui envoyer nos critiques de façon personnelle dans un 1er temps. Pourquoi? Afin d’éviter de laver notre gros linge sale en public. Cela est déplaisant et nos adversaires aiment ça. Ils ont du matériel pour nous rentrer dedans par la suite.

    Je voudrais dire quelques mots sur GND. Maintenant qu’il a fait son entrée en politique « Solidaire », j’inviterais les gens qui ne l’appuient pas à éviter de lui accorder trop d’importance dans les jours et semaines à venir. Cela devrait être le leitmotiv de tout péquiste. Ce jeune blanc-bec a déjà eu trop de publicité pour ce qu’il a accompli de vraiment positif. Il a fait des coups d’éclats. Il s’adressait à une tranche de personnes jeunes, naïves pour la majorité et qui lui ont fait la part belle. Les media dont GESCA ont fait le reste, surtout quand ils ont constaté qu’il n’était pas péquiste mais solidaire.
    Le maintenir dans son comté du moins pour l’élection et ne pas courir au devant, simplement intervenir pour souligner ses contradictions et ses attaques mensongères.
    Je souhaite d’ailleurs que les autres partis ne présentent pas de candidat à l’instar du PQ. Il se retrouverait isolé dans son « terrain » de jeu.

    Répondre

  3. ouhgo St-Pierre A dit:

    Il valait quand même la peine, comme l’a fait M. Lauzon, de faire ressortir ce passage où M. Lisée se braque contre toute rencontre avec Madame Le Pen. Or, comme vous le dites si bien, madame Hébert, la chose est montée en épingle. Il aurait fallu dire aussi qu’à cette époque, la visiteuse était présentée par les médias comme l’exterminatrice de l’islam. Et la moindre sympathie que lui aurait témoignée Jean-François, l’aurait mené à la lapidation au Centre Bell.

    Répondre

  4. Chrystian Lauzon A dit:

    Mme Hébert,

    Vous m’étonnez un peu. J’aborde le contenu de l’émission Enquête dont vous parlez dans votre article et où se situe les déclarations de Lisée faites à Luc Chartrand que je rapporte, en y faisant ressortir un double « péché mortel » (le titre de votre article relié aux événements importants de la semaine):

    1- Une mort annoncée du PQ par expulsion-réduction de ses membres les plus dévoués à la Cause; pour un parti financièrement pauvre et en mal d’adhésion, la stratégie manque pour le moins de génie;

    2- Le « péché mortel » d’adhérer au propos de la seule femme politique ayant refusé de porter le voile de soumission devant le grand mufti du Liban et qui prône la reprise par les peuples de la planète de leur langue d’État et identité nationale, leur souveraineté légitime, contre le globalisme économique des Killary Clinton, Obama et Georges Soros de ce monde qu’appuie ouvertement Lisée.

    Vous me suivez?

    Répondre

    • Nicole Hébert
      Nicole Hébert A dit:

      M.Lauzon, si j’ai l’air de ne pas « vous suivre », ou avoir envie de le faire, c’est je pense que nous sommes très loin de mettre l’accent sur les mêmes particularités – ou plutôt pour moi finalités – de ce reportage. Et nous ne parlons surtout pas des mêmes péchés « capitaux » ;). Relisez ma conclusion et vous verrez que le seul auquel je fasse allusion comme « péché mortel » n’a rien à voir avec ceux qui semblent l’être pour vous. Quant aux images, aux extraits sonores, aux propos retenus des Lisée, Rioux, Bock-Côté ou autres dans cette « enquête », il faut avoir conscience qu’ils ont été soigneusement choisis pour produire l’effet voulu et vous me semblez en être la preuve. Pour moi, les « ingrédients » amalgamés de ce reportage ne sont pas ce qui importe mais bien plutôt la finale à laquelle ils conduisent. Quant à chacun d’eux, j’aurais pour ma part besoin de les remettre dans leur contexte pour être en mesure de les juger. Quant aux opinions concernant Mme Le Pen, il faut bien reconnaître aussi qu’elles ont toujours besoin de bien des nuances… Nous ne nous engagerons pas ici sur ce terrain pour le moment.

      Répondre

  5. Chrystian Lauzon A dit:

    Surtout, ne passez pas sous silence ces 2 moments marqueurs de vérité du 07.03.17 lors de l’émission Enquête :

    1- Le slogan fort « rassembleur » du nouveau PQ, sorti extrême droitistement et sans petite gêne de la bouche du roi Lisée : « Si vous êtes des partisans de Marine Le Pen, vous n’avez pas votre place au Parti québécois ». Et hop, la purge-expulsion-division faisant du PQ un parti de dictature de la bienpensance absolutiste devient officiellement croisade nationale;

    2- À 43 min.45 s. de l’émission : Lisée se vante de son ascendant oligarchique sur le PQ et Pierre-Karl Péladeau,le « capitaine » du navire à ce moment-là (belle humiliation publique!) : il révèle fièrement que c’est lui qui a incité radicalement PKP à ne pas rencontrer,je cite, « en aucun cas », Marine Le Pen. Il fut obéi par le milliardaire au doigt et à l’œil au-delà de son exigence, PKP en rajoutant une couche pour lui faire plaisir, insultant Marine Le Pen et le FN sur les réseaux sociaux.

    Mais lui, l’omnipotent Lisée, qui l’avait téléguidé à exécuter cette ordonnante prescription? Qui, derrière lui, interdit la Cause de l’indépendance vraie, pour vrai, d’accéder, de se re-lier, se souder au peuple, à la nation québécoise-française?

    La Cause a désormais quitté ce parti. Et vous, vous aimez les dictatures? C’est vrai qu’avec la conversion au gobalisme-mondialisme de toute notre petite classe politique locale nombrilisée, analphabête géopolitiquement et carriériste mur à mur, les traditions démocratiques, souverainistes et identitaires, même au Québec, se perdent totalement et totalitairement. Vous ne trouvez pas Mme Hébert?

    Lisée serait-il notre Thatcher québécois, régressif, un brin retardataire?

    Répondre

    • Nicole Hébert
      Nicole Hébert A dit:

      @ M. Lauzon, puisque vous m’interpelez: non, je n’aime pas les dictatures et à votre 2e question, je répondrai: Non, je ne trouve pas Lisée « régressif et un brin retardataire ». Nous verrons bien « à l’usage » ! 😉 Restons aux aguets ?
      Mais, ajout, j’ai un peu de mal à faire le lien entre ceci et mes propos dans cet édito! ;(

      Répondre

  6. ouhgo St-Pierre A dit:

    Le nom important ici, c’est Luc Chartrand!
    Ça pourrait avoir échappé à plusieurs, mais ce reporter a du millage dans le corps. Il y a un quart de siècle, il donnait déjà des séances d’écriture, du haut de son expérience de columnist à L’actualité. IL avait toujours raison. Se préparait donc à une croisade canadian.

    Répondre

Laisser un commentaire