À vrai dire: L’archange cornu*

Gabriel est venu annoncer la nouvelle (1) : il aspire à être député de Québec Solidaire dans Gouin aux prochaines élections partielles. En outre, il annonce son ambition de devenir porte-parole masculin de QS avec Manon Massé dont la candidature est déjà annoncée.

Vu sa notoriété personnelle, il joint les rangs de QS dans le but d’y attirer plus d’appuis en recrutant des personnes connues et respectées partout au Québec et des candidatures issues des communautés culturelles, en conformité avec la parité hommes-femmes.  Bref, il prédit que «Québec Solidaire présentera, en 2018, l’équipe la plus solide de son histoire»…

(Ma question : Qu’advient-il de l’arrimage avec les autres partis dans cet énoncé?)

Il s’engage à «tendre la main à celles et ceux qui sont sérieux dans leur volonté de transformer le Québec en un pays de justice et d’égalité», prioritairement aux militant.es d’Option Nationale, qu’il décrit comme plus proches des positions de QS, tout en participant activement aux discussions déjà entamées en vue d’unir les forces indépendantistes et progressistes pour nous libérer des Libéraux dès 2018.

(Ma suggestion à ON : exiger que QS adopte un ton plus respectueux envers le PQ; que QS fasse de l’indépendance progressiste sa priorité; enfin, que QS accepte d’élaborer une vision commune de l’identité québécoise du XXIe siècle fondée sur notre langue, notre histoire et notre culture, préconisant une intégration enrichissante des diverses cultures au Québec d’aujourd’hui et, en corollaire, invitant les communautés à faire un choix libre et éclairé de se familiariser, puis d’adopter les us et coutumes d’ici.)

Enfin, GND propose de moderniser son approche de l’électorat et de «mettre sur pied une plateforme innovatrice d’action politique» inspirée par Bernie Sanders aux États-Unis par l’utilisation des nouvelles technologies.

Jusque là, tout semble être en concordance avec les positions du PQ dont le chef, Jean-François Lisée, a clairement démontré son intention d’un retour aux sources progressistes à l’origine du Parti Québécois.  Le problème majeur pour réussir la convergence avec QS et ON se situera plutôt du côté de la voie à emprunter pour faire l’indépendance; en ce sens, je soumets une solution : un tronc commun entre les trois partis inspiré de la proposition d’Alexandre Cloutier de subordonner toute consultation populaire à une pétition signée par un nombre (à déterminer) de Québécois.es…

Puis, coup de théâtre !  Dans un élan digne des idéologues UFPistes de QS, il répudie péremptoirement 30 ans de gouvernements du Québec et les accuse de traîtres à la nation, sans nuance aucune… Quelle façon de tuer dans l’œuf son discours jusque là convenable. C’est la commotion dans la salle! Que Nadeau-Dubois – bachelier en «Histoire, Culture et Société»/«Philosophie» et détenteur d’une maîtrise en sociologie – émette une telle énormité, ça relève d’une pensée gauchiste pure et dure…

Voilà qu’il se disqualifie de la politique : il expose ainsi la véritable mission de QS qui, loin de vouloir gouverner le Québec à gauche, se propose d’éliminer le système capitaliste au Québec !  Rien de moins !  Françoise, ô Françoise, incitez vos anciens camarades à lire ou relire «La maladie infantile du communisme, le gauchisme», écrit en 1920 par Lénine !

À 26 ans, cette accusation éhontée de trahison par les gouvernements antérieurs devrait faire réfléchir les membres de QS avant de l’élire porte-parole masculin de QS.  En effet, une autre candidature est déjà connue, celle de Sylvain Lafrenière. Cet excès de langage justifierait de nommer, comme co-porte-parole de Manon Massé, un représentant un peu moins trublion.

La riposte s’est d’ailleurs exprimée spontanément : les deux Bernard, Landry (2) et Drainville (3), ont été scandalisés par les propos du novice envers les gouvernements passés qui ont  mis en place des progrès majeurs au Québec. GND peut bien dénoncer l’obsession du déficit zéro de Lucien Bouchard et les positions antagonistes du PQ sur les hydrocarbures, mais quand dénonce-t-il l’austérité libérale, les scandales éthiques libéraux, les opportunistes de la CAQADQ ?

Or, en 2018, la question de l’urne DOIT porter sur le passage du pipeline de Trans-Canada. La répulsion d’une majorité de Québécois.es devant ce projet peut servir de «béton armé» pour contrer les flirts obscurs du PLQ et de la CAQ devant cette absurdité environnementale.

Le temps presse : pour congédier les Libéraux, cessons d’insister sur nos divergences et favorisons un front commun déterminé à faire du Québec un pays. Mais si QS s’entête à faire cavalier seul, les Québécois.es se chargeront de ramener ce parti à la «politique-réalité».

Diane Gélinas

____________

*Ange cornu : Individu, qui sous des apparences angéliques, mérite la défiance. (Source : «Le parler populaire des Canadiens français»)

(1) http://www.journaldemontreal.com/2017/03/09/gabriel-nadeau-dubois-devrait-faire-le-saut-en-politique-aujourdhui-1

(2) http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201703/09/01-5077324-les-propos-de-nadeau-dubois-scandalisent-dex-politiciens.php

(3) http://www.journaldequebec.com/2017/03/09/bernard-drainville-en-beau-calvaire-contre-les-propos-de-gabriel-nadeau-dubois

Diane Gélinas

A propos de Diane Gélinas

"Fille d’un écrivain humoriste, auteur de radio-romans et pionnier de la pub au Québec et d’une réceptionniste très appréciée à CKAC où ils se sont connus, on pourrait dire que le sens de la communication coule dans mes veines depuis ma naissance." Secrétaire et formatrice, impliquée syndicalement et politiquement , Diane Gélinas est retraitée depuis 2001 mais travaille comme rédactrice et traductrice de textes anglais et espagnol en français... par pur plaisir.

Voir tous les articles de Diane Gélinas

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire