Mais quel bord prendre? *

14 mars 2017

Le coin d'audace

Oui, quel bord prendre ?

Gauche, droite, gauche ?

Sous ces chapeaux, parfois, quelle débauche!

Leurs extrêmes sont si déroutants!

Comment savoir si toutes ces « causes »
ne sont pas que de l’air du temps ?

Dans les journaux? dans les manchettes?

La Presse, Le Devoir, The Gazette,
déploient leurs feuilles selon le vent

de droite, droite, droite…

Alors, Le Monde diplomatique?
Le Mouton noir
ou bien Le Couac?
Ah Tabarnak !… la politique…
Qu’on en finisse au plus sacrant !

Droite, gauche, droite
Saluez donc vot’ compagnie
Et que ça tangue
Swing la Bacaisse dans l’fond d’la boîte à bois !…

Tiens ! C’est le chat qui sort du sac ?
Lui aurait-on donné not’ Langue ?
C’est qui Bacaisse ?

So what ? mon vieux,
Le « Mundial » va l’encercler…
la baillonner, la lapider..
couper sa tête extravagante
d’Insignifiante fleur fanée.

Gauche, droite, gauche…
Ça finit par où ça commence,
le « national » est dépassé
Alors au diable l’Indépendance !
Bacaisse est mûre pour la potence…
Alors, changez de compagnie.

Tout l’monde balance… et pis tout l’monde danse.

On se soulève, on se délie,
on prépare les arbalettes,
On s’avance en catimini…
De tous les coins de la planète,
on s’amène pour le party
on se surexcite, on s’échauffe,
on se déploie, on se replie,
à gauche, gauche, gauche…
Et on salue la compagnie.

Droite, gauche, droite,
Sortez vos coktails, vos cailloux,
et tous vos gaz lacrymogènes,
vos balles de laine, de caoutchouc,
de mousse, de plomb, de polythène…

Gauche, droite, gauche…
On va faire la fête… à la Une,
au Peuple, à la Révolution,
au libre-échange d’idées communes
préfabriquées…
à gauche, gauche, gauche.

Les p’tits bourgeois on les pendra !

Mais en attendant: vive la bière !
Vive la fumée ! Vive la pizza !

Et « fuck » à gauche, gauche, gauche…

Swignez votre compagnie.

Oui, ça ira, ça ira, ça ira…
Intifada des pierres précieuses,
des sets carrés,
« callés » de loin,
P’tits bals perdus, p’tits bals de foin,
orchestrés par des têtes heureuses,
des pures et dures
de gauche, gauche, gauche…

P’tites balles à l’huile, p’tites balles masquées…
On est équipés pour la veille.
Vous en faites pas,
c’est pas d’l’oseille,
C’est rien, rien, rien…
Alignez-vous face à la droite
Et encerclez la compagnie
Balancez-la…

À gauche, gauche, gauche.

Eh ben dites-donc,
Quelle passacaille, quel rigodon
et quelle impasse !
On ne sait sur quel pied l’on marche
On ne sait sur quel pied danser…

Le gauche , dites-vous ? Et de quel droit ?
Celui des Uns ? Ou ceux des Autres ?
Les collectifs ? Les singuliers ?
Quelle pécadille, quelle bagatelle!
Le singulier est pluriel
à gauche, gauche, gauche.
et sur la droite, dans ce boogie,
Il n’y a plus de compagnie !

S’cusez, Monsieur, faut que j’m’en aille
j’ai peur des roches,
j’ai mal aux pieds.
et j’ai des bleus plein la caboche…
à gauche, droite, gauche.
J’ai reçu une ou deux taloches.
J’comprends plus rien …
J’suis dépassée…
et puis, surtout, j’me sens si « poche » !
Pour la sortie,
c’est quel côté ?
Au centre ? Ah !…….. bon ?

C’est vous qui l’dites!

Ben l’bonjour à La Compagnie !

Une indélogeable centriste,

Nicole Hébert

(Juin 2001)

Texte écrit à l’occasion du Sommet des Amériques (Québec 2001) ; dernière publication ici en décembre 2012; reprise maintenant étant donnés les circonstances et le perpétuel débat…

Nicole Hébert

A propos de Nicole Hébert

Nationaliste dès la prime adolescence et indépendantiste depuis les premiers discours de Pierre Bourgault. Gaspésienne d'origine, Nicole Hébert est résidente de la ville de Québec depuis belle lurette. Intervenante sociale, elle a oeuvré dans différents milieux: psychiatrie infantile, éducation, toxicomanie. Elle apprécie maintenant une retraite qui lui permet de s'adonner à l'écriture; elle a publié, en 2007, à compte d'auteure, un recueil de "petites choses", intitulé "Étendre au soleil".

Voir tous les articles de Nicole Hébert

2 réponses à «Mais quel bord prendre? *»

  1. France Bonneau A dit:

    Eh bien un bel emportement! Surprenant.
    Et swing la Bacaisse!

    Il va de tous bords, tous côtés en effet, notre Québec

    Répondre

Laisser un commentaire