Camarade, ferme ton poste…

18 mars 2017

Lectures

De Bernard Émond.

Camarade, ferme ton poste, et autres textes. Lettres libres, Lux, Janvier 2017

« On dit souvent sans trop y penser que lire, c’est se réfugier hors du monde. Je pense exactement le contraire. Lire est un acte de liberté. Dans le silence, dans la solitude, nous allons librement à la rencontre d’une autre pensée, d’un autre regard sur le monde. »

Livre Camarade, ferme ton poste

 

« Camarade, ferme ton poste nous apostrophe Bernard Émond dans son plus récent recueil d’essais. Cette injonction volontairement anachronique est tout sauf inactuelle. C’est qu’Émond est un moraliste, mais non pas un moralisateur. Aussi fait-il incessamment référence à des idéaux qui apparaîtront à certains d’une autre époque : l’honneur, la dignité, la gratitude et la filiation.

Selon le cinéaste, nous avons oublié qu’il existe des valeurs supérieures qui mènent au bien commun. Idée hérétique en cette ère du relativisme postmoderne, de la multiplicité des identités et des points de vue, de la « déconstruction » du discours. Idée néanmoins capitale. »

(http://lautjournal.info/20170315/une-liberte-qui-nous-lie-la-tradition-et-au-bien-commun)

Et, dans le Devoir, Louis Cornellier conclut: « Aussi, aujourd’hui, Émond, même s’il n’est pas croyant, se définit, dans un véritable morceau d’anthologie, comme un catholique et un Canadien français culturel, par gratitude envers ces traditions et ceux qui les ont portées, nous permettant ainsi d’être ce que nous sommes. « Seule l’indépendance, ajoute-t-il, me semble garantir la pérennité de ce patrimoine au Québec. »

(http://www.ledevoir.com/culture/livres/489657/le-murmure-tranchant-de-bernard-emond)

Indépendantes.quebec

independantes.org

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire