CÉGEP et Loi 101

21 avril 2017

Une Question pour vous

rosepoint -

Charles Castonguay, ardent défenseur de la langue du Québec publiait, ce 19 avril, sur L’aut journal: Le libre choix au cegep, un suicide linguistique.

En février dernier, les Jeunes du PQ en congrès disaient NON à l’idée d’élargir l’application de la Loi 101 au réseau des Cégep. Par ailleurs, Nicolas Bourdon, professeur de littérature au collège de Bois-de-Boulogne, écrivait en réaction :

« N’imposer aucune loi pour assurer la pérennité du français au Québec et laisser la Charte de la langue française dans l’état où elle est présentement, c’est-à-dire pleine de trous et inachevée, c’est tenter de transformer un problème collectif en un problème que chaque individu devrait héroïquement régler par lui-même sans que la collectivité vienne soutenir ses efforts par une législation conséquente. »  (Nicolas Bourdon)*.

Et il concluait: « Étendre la loi 101 au cégep devrait être un motif de fierté et non de honte. Puisse Jean-François Lisée s’en souvenir et revenir sur sa décision d’abandonner cette politique. »

*http://www.ledevoir.com/politique/quebec/489493/loi-101-au-cegep-un-gage-de-diversite-culturelle

Question: quel est votre message au PQ à ce sujet ?

Merci de vous « mouiller »…

Indépendantes.quebec

__________________

Image: http://latelierderose.blogspot.ca/

independantes.org

6 réponses à «CÉGEP et Loi 101»

  1. Rita Dionne-Marsolais A dit:

    Depuis 1994 je crois que la loi 101 doit s’appliquer au CÉGEP . Le français ça se cultive et surtout il faut le valoriser!

    Répondre

  2. Gilles Dufort A dit:

    Contrairement à plusieurs, je ne crois pas que le choix d’étudier en anglais au CEGEP soit un problème. Qu’est-ce ce que ce sera ensuite? L’obligation d’aller à l’université en français? Rendu à ce niveau, les jeunes devraient être convaincus de leur orientation linguistique. Il ne faut pas croire que cette mesure freinerait un processus d’assimilation. Il faut plutôt redonner des dents à la Loi 101 dans le vivre ensemble au quotidien, quitte à utiliser la clause nonobstant pour éviter que la cour suprême vienne encore sabrer dans notre volonté de vivre en français.
    C’est donc dire que c’est au gouvernement d’agir: la volonté de ce faire est-elle là? C’est toute la question…

    Répondre

  3. denise cormier A dit:

    Parce que vos croyez que le PQ se soucie de notre message ? Que J.F. Lisée demande l’avis de ses militants ? Et  » se mouiller  » pour qu’on en fasse quoi ? Lisée dit de différentes façons ce que les gens veulent entendre …

    Répondre

  4. denise cormier A dit:

    Où donc est la citation de Fabrice Luchini s’il-vous-plaît ?

    Répondre

  5. Brigitte Houde A dit:

    Monsieur Lisée, puisse le gros bon sens vous apparaître et je cite Fabrice Luchini :<>

    Répondre

Laisser un commentaire