Pluie de mai

7 juin 2017

Le coin d'audace

La pluie n’arrête pas

Je n’arrive plus à marcher en terre ferme

Je resterai chez moi, cloîtrée

Muette, silencieuse

S’abattra la tendresse sous mes yeux

Elle me rendra la légèreté de mai

Je prendrai alors le train de l’enfance

Reverrai chacun, chacune de mes ancêtres

Écouterai leurs récits, leurs légendes

J’en ai pour des années à entrer chez eux

À recevoir leurs histoires, leurs secrets

Il n’y a plus que ça qui m’intéresse

Et le paysage de ma terre

Tombe, tombe pluie

Avec mes précurseurs

Je suis en bonne compagnie

Je réapprends, revois notre histoire

Je m’appelle toujours France

Je m’appelle toujours

Québec.

France Bonneau

France Bonneau

A propos de France Bonneau

France Bonneau a publié : AU BOUT DE L’EXIL, aux Éditions Teichtner, en 2008. Elle a conçu et livré un spectacle du même nom, en divers lieux culturels. LA PORTE GRAND OUVERTE, son dernier recueil de poésie, a été édité en 2016, par les Éditions Cornac. France a aussi écrit plusieurs textes politiques sur les sites vigile.net et independantes.quebec, des textes à saveur théâtrale joués au théâtre Parenthèse ainsi que de nombreux poèmes dans diverses revues littéraires. Elle participe régulièrement à des lectures publiques. Elle est membre de l’UNEQ, de la Société Littéraire de Laval, de la Fédération du Loisir littéraire du Québec et en tant que parolière, elle fait partie de la Socan et de la Sodrac.

Voir tous les articles de France Bonneau

2 réponses à «Pluie de mai»

  1. France Bonneau A dit:

    La bonne eau vive de Béart nous a envoyé le soleil.
    Nouveau décor, nouvelle poésie, nouveau jour!

    Répondre

  2. ouhgo St-Pierre A dit:

    Et pour combien de temps encore, cette pluie ne nous gâtera pas la « bonne eau »?

    Répondre

Laisser un commentaire