Régine Laurent (en reprise)

14 juin 2017

Actuelles

la-presidente-de-la-fiq-regine-laurent -

« La solide posture dans laquelle se trouve la FIQ, doublée d’une solide relève, m’indique que c’est le moment de passer le flambeau»* – Régine Laurent

« La fougue de Régine Laurent ne le laissait pas présager, mais la présidente de la FIQ, le plus grand syndicat infirmier au Québec, a annoncé mardi qu’elle compte prendre sa retraite à la fin de l’année, alors que son mandat prendra fin.

Celle qui dit rêver « de lire en pyjama » affirme ne pas avoir de plan d’avenir précis, en politique par exemple. » (Le Devoir *)

C’est cette annonce faite la semaine dernière par Régine Laurent qui nous amène à en faire notre Actuelle pour la 3e fois.

En décembre 2013, nous l’avions choisie pour son audacieuse prise de position en faveur du Projet de Charte des valeurs.

En septembre 2015, nous la choisissions pour une 2e fois comme Actuelle: elle s’était en effet imposée sur la scène publique dans le contexte des négociations entre le gouvernement Couillard et les employé.es du secteur public, dans l’abusif climat d’austérité que l’on sait. Mais surtout, Régine Laurent, le 6 septembre de cette même année, s’était vu décerner le Prix Hélène-Pedneault de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, nouveau prix attribué pour la première fois.

Revoici donc à nouveau un extrait du portrait que nous en dressions alors.

« Femme de tête et infirmière de cœur »

(M-France Bazzo)

C’est en juin 2009, que Madame Laurent a été élue à la présidence de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), une association qui rassemble plus de 62 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires, regroupées en 60 syndicats et œuvrant dans 152 établissements de santé.

Biographie

Régine Laurent est née en Haïti, « mais elle émigre au Québec à l’âge de 11 ans. Diplômée du cégep du Vieux-Montréal (1979) en technique infirmière, elle exerce sa profession à l’hôpital Santa Cabrini dès 1980. Syndicaliste active depuis 1984, elle est élue présidente du syndicat local de l’hôpital Santa Cabrini en 1985. Au printemps 2001, en tant que membre du Comité exécutif de la FIIQ, Mme Laurent prend part à une mission d’observation sur la santé en Haïti. De décembre 2005 à juin 2009, elle est la présidente de l’Alliance interprofessionnelle de Montréal (AIM), un syndicat de 5 500 membres affilié à la Fédération. Elle quitte ses fonctions lorsqu’elle est élue présidente de la FIQ. »

Régine Laurent est la première femme noire à diriger un syndicat d’une telle envergure au Québec.

« Le mouvement syndical, les syndicats, c’est indispensable dans toute société démocratique. La démocratie, ce n’est pas un système politique qui se tient tout seul. Ça prend des valeurs comme celles du mouvement syndical: c’est-à-dire des valeurs d’égalité; tendre la main; mettre en place un filet social; redistribuer la richesse; s’assurer qu’un maximum de citoyenNEs puissent participer de façon active à la société. »

(Source La FIQ)

En conclusion

Bonne route à Mme Laurent! Sait-on jamais, en politique québécoise, peut-être ?

Pour un portrait de Régine Laurent : http://www.femmesdeparole.com/femmes/Regine_Laurent

Indépendantes.quebec

___________________

*http://www.ledevoir.com/societe/sante/500584/regine-laurent-annonce-sa-retraite-prochaine

Photo: Le Devoir

independantes.org

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire